Propriétés du nombre 666
Symbolisme

Bible


Général


Guématrie


Occurrence


Le nombre que la Révélation, donne à l'organisation terrestre de Satan est 666 (Rév. 13:18). Ici, le six est accentué trois fois, pour intensifier et mettre en relief l'imperfection de cette organisation. 
Il est appelé "un nombre d'homme" pour indiquer qu'il concerne l'homme déchu et imparfait. 
Il semble représenter un moyen commercial humain, injuste, imparfait et mondialement étendu (voir Révélation 13 :16-17 et 1 Rois 10:14-15), l'imperfection de ce que représente "la bête sauvage".

 

Note au sujet de 666. 
Beaucoup de personnes se sont mises en quête de comprendre ce chiffre. 
Et parce que l’on trouve l'expression "Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre", un certain nombre d'entre elles se sont lancées dans de profondes investigations et de nombreux calculs pour apporter quelques lumières. 
On peut louer l'intérêt que portent tous ceux qui souhaitent comprendre Le Livre Sacré. 
Mais au juste, ce texte a-t-il été analysé à la lumière des Saintes Écritures ?

Reprenons le texte de Révélation 13:17-18: "C’est ici qu’il faut de la sagesse : Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête sauvage, car c’est un nombre d’homme; et son nombre c’est six cent soixante-six".

A première lecture ce verset peut se décomposer ainsi : 

  • 1    C’est ici qu’il faut de la sagesse 
  • 2    Que celui qui a de l’intelligence 
  • 3    calcule le nombre de la bête sauvage 
  • 4    c’est un nombre d’homme 
  • 5    son nombre c’est six cent soixante-six

Dans les Saintes Écritures la sagesse et l'intelligence vont souvent de pair (Deut 4:6; 1 Rois 3:12; Prov 1:5-6; 16:21; Jac 3:13), ce qui nous fait poser cette question: à qui cette expression "Que celui qui a de l’intelligence" est-elle destinée  ?

En effet on peut douter que ce soit les chiffres par eux-mêmes qui fournissent une explication. 
Ne serait-ce pas plutôt l'intelligence accordée par Dieu au sujet de sa  Parole, à tous ceux qui l'aiment et qui souhaitent lui être agréable, qui  permettrait d’éclaircir cette énigme? 
Dans le livre de Daniel et par le moyen d'un ange, le Créateur répond par ces termes "(...) mais les perspicaces comprendront" (Daniel 12:9-10). 
Ézéchiel qui annonçait une oeuvre de marquage qui s'effectuerait au temps de la fin, préfigurait un intendant dont parle Jésus dans l'évangile de Matthieu au chapitre 24 versets 45 à 47, qui porterait à notre intention le contenu du Livre Sacré. 
En effet Daniel explique que les interprétations appartiennent à Dieu (Dan 2:22,28). 
Quant à l'apôtre Pierre il dit que le Créateur accorde son soutient à ceux qui lui rendent témoignage (1 Pi 2: 9, Act 15:14), et  Révélation 12:17 ainsi que Actes 1:8 montrent que ces mêmes personnes attesteraient au sujet de l'œuvre de Jésus-Christ. 

Pouvons nous trouver d'autres textes pour mettre en lumière le passage cité ci-dessus? 
Oui si nous comprenons que dans les Saintes Écritures, les révélations divines profondes sont exprimées en peu de mots, comme cela nous est rapporté en Daniel 5:5, 24-28.

En ce qui concerne les expressions 3 à 5, il est bien d'avoir à l'esprit le livre d'Ézéchiel (si certains textes sont plus utilisés que d'autres, c'est parce que les événements prophétiques qu'ils contiennent traitent de la même époque). 
Revenons au livre d'Ézéchiel, et particulièrement le chapitre 5 (à titre d'exemple, voir aussi le chapitre 4 ou 11). 
Ézéchiel devait mimer des événements qui auraient lieu sur Jérusalem. 
Le mime d'événements est très utilisé dans la Parole de Dieu (Jér 28 :10), ce qui nous fait dire que l'expression de Révélation 13:18 "Que celui qui a de l’intelligence calcule" est ce qui doit être mimé pour comprendre, et en conséquence cette bête sauvage est associée à quelque chose qui calcule, dénombre ou commercialise. 
C'est ce qu'il semble devoir être compris à l'aide du texte qui dit : "pour que personne ne puisse acheter ou vendre".

Mais que symbolise la marque qui est soit son nom soit le nombre de son nom. 
Là encore reprenons le livre d'Ézéchiel au chapitre 9, et remarquons ce que fait l'homme à l'écritoire : il appose un signe d'appartenance ou d'identification à ceux qui soupirent. 
Cette marque est comme un sceau (sceller au front), un cachet d'identification. 
Nous ne savons pas au juste ce qu'était cette marque mais il ne fait aucun doute qu'elle était symbolique, car lorsque le prophète eu la révélation de cette prophétie il était à Babylone et il fait mention d'un ange. 
En Exode 28:36 le grand prêtre avait une devise gravée sur une plaque et fixée sur son front, ce qui le mettait à part pour un service sacré. 
Ainsi une marque sur le front peut-être un signe d'appartenance, d'identification ou une devise, associé à une forme de service ou de culte. 
Ainsi, quelqu'un qui s'associe à la devise ou au slogan de la bête s'associe à ses oeuvres.

Les mots «c’est un nombre d’homme » montrent qu’il s’agit d’une institution humaine. 
Celle-ci est récente puisque contemporaine à l’image de la bête sauvage (l’ONU, l'image du système politique mondial).

Il semble que ce cachet international existe déjà, et le soin est laissé au lecteur de le discerner. 
C’est ce qu’il ne manquera pas de faire dans le futur, car les Écritures soulignent que l'activité de cette bête symbolique et son oeuvre de marquage n'ont pas atteint leurs paroxysmes.

Cette bête symbolique a des pratiques qui sont considérées comme impures du point de vue de Dieu, puisqu’en Révélation 5:2 il est fait mention de fidèles qui sortent vainqueurs, et au chapitre 14 versets 9 et 10, Dieu rejette ceux qui se sont associés à ses activités. 
Si nous prenons le soin de considérer cette partie avec un autre texte des Écritures "Et j’ai laissé en Israël sept mille [hommes], tous les genoux qui n’ont pas plié devant Baal, et toutes les bouches qui ne lui ont pas donné de baisers” (1 Rois 19:18), nous discernons que la fidélité et l'attachement à des principes élevés sont remis en cause par cette institution. 
C'est la raison pour laquelle, dès maintenant il faut prendre position pour ce qui est juste et y demeurer attaché.

Cette analyse faite à la lumière des Écritures (et non des nombres), souligne bien que nous vivons l'époque que les Saintes Écritures appellent les derniers jours, et malheureusement cela ne laisse rien présager de bon pour ceux qui souhaitent demeurer moralement pur. 
Par le fait que le livre parle de "vainqueurs", cela porte à notre attention les paroles de l'apôtre Paul qui dit que nous luttons contre les forces spirituelles méchantes (Eph 612). 
Cependant les chrétiens ne cèdent pas à l’inquiétude, car le Christ a dit qu’il serait avec eux jusqu’à la conclusion (Mat 28:20). Philippiens 1:23.